jeudi 21 juillet 2016

La Compagnie de Jésus et les éditions Beauchesne

compagnie de jesus beauchesne editions


Durant des années, les éditions Beauchesne furent liées à la Compagnie de Jésus. En témoigne le monumentale Dictionnaire de Spiritualité qui, sous la direction des Jésuites, paru intégralement, de 1932 à 1995, à l’enseigne de la maison fondée par Gabriel Beauchesne.

Quelques grands théologiens issus de la Compagnie y publièrent également un certain nombre d’ouvrages. A commencer par Jean Daniélou, qui y fonda et dirigea également deux collections, « Etudes de Théologie Historique » et, la toujours vivante « Théologie historique », Henri de Lubac ou encore Hans Urs von Balthasar.

Au fil des ans, les éditions Beauchesne publièrent aussi quelques ouvrages sur la Compagnie fondée par saint Ignace de Loyola. Voici quelques références bibliographiques qui jalonnent chronologiquement le catalogue de la maison.


De 1914 à 1922 : les éditions Beauchesne publient quatre volumes de La Compagnie de Jésus en France. Histoire d’un siècle (1814-1914), qui demeurent, aujourd’hui encore, une référence essentielle. Cette œuvre majeure, entamée  par le Père Joseph Burnichon dès 1912, aurait dû se conclure sur un cinquième volume qui devait s'arrêter en 1914. Bien qu’entièrement rédigé, les supérieurs de la compagnie n'en autorisèrent pas la publication. Ce dernier tome était l'objet d'une vive polémique politique et religieuse. Il faisait, entre autres, une large place à la controverse menée alors par des représentants du thomisme contre les doctrines enseignées par les Jésuites.[1]




1919 : Beauchesne publie un ouvrage relatant les faits qui se sont déroulés des origines de la Compagnie à sa suppression de 1773. Intitulé La Compagnie de Jésus, esquisse de son Institut et de son histoire, cet ouvrage fut commandé par le P. Wernz, alors général de l’Ordre, au Père Joseph Brucker, en prévision de la célébration, en 1914, du centenaire du rétablissement de la Compagnie (1814 par le Pape Pie VII). De 1910 à 1914, le P. Joseph Brucker travailla à cette œuvre, mais la guerre survenant, il n’a pu y mettre un point final qu’en 1919.[2]


1940 : publication des deux thèses de doctorat ès lettres du P. François de Dainville. Ce pionnier du renouvellement de l’histoire de l’éducation en France[3], se livre à une mise au point historique en deux volumes touchant au rôle des Jésuites dans l’évolution intellectuelle et spirituelle du monde moderne : Les Jésuites et l’éducation de la Société française, (volume I : La géographie des humanistes et volume II : La naissance de l’humanisme moderne). L’accueil critique est fort bon et les deux volumes furent salués pour « leur haute valeur scientifique, la richesse et la solidité de leur information et la nouveauté de beaucoup des connaissances qui y sont exposées. »[4]


1974 : Les Jésuites. Spiritualité et activités. Les jalons d’une histoire parait chez Beauchesne. Ce volume est la reproduction de l’article « Jésuites » précédemment paru au sein du Dictionnaire de spiritualité. Douze chercheurs, dont onze jésuites, ont collaboré à l’élaboration de cet article auquel ont été ajoutées, pour le présent volume, une introduction rédigée par Alain Guillermou et une conclusion signée par Karl Rahner.


1985 : parution du premier volume du Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. Ce dictionnaire, toujours en cours d’élaboration aux éditions Beauchesne et aujourd’hui dirigée par l’historien Christian Sorrel, a été fondée en 1985 par Jean-Marie Mayeur et Yves-Marie Hilaire. Son but est de faire revivre, en une série de notices biographiques, ceux et celles qui ont compté dans l'histoire religieuse de la France. Le premier volume est consacré aux Jésuites et donne à lire les notices de plus de 400 d’entre eux dans les limites d’une chronologie allant du Concordat (1802) au concile de Vatican II (1962).


2011 : publication de l’ouvrage de Philippe Rocher Le goût de l’excellence. Quatre siècles d’éducation jésuite en France[5]. Comme l’indique son sous-titre, cet essai relate avec précision et érudition l’histoire de l'éducation jésuite de ses débuts à nos jours, en soulignant ses liens avec l'histoire de France et celle de l'enseignement en général. En cliquant ici, vous pourrez entendre la présentation qu’en fit son auteur au cours d’une conférence qu’il donna à la Bibliothèque Municipale de Lyon.





[1] Cf. François Laplanche (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. Les sciences religieuses, éd. Beauchesne, 1996, p. 120.
[2] Cf. François Laplanche (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. Les sciences religieuses, éd. Beauchesne, 1996, p. 114.
[3] Cf. Paul Duclos (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. Les Jésuites, éd. Beauchesne, 1985, p. 81.
[4] Lesort André. R. P. François de Dainville. Les Jésuites et l'éducation de la Société française. I : La naissance de l'humanisme moderne. II : La géographie des humanistes. Paris, Beauchesne, 1940. In: Bibliothèque de l'école des chartes. 1943, tome 104. pp. 342-347
[5] Signalons que depuis la parution de cet ouvrage, Philippe Rocher a soutenu une thèse de doctorat portant sur « Un collège de la Compagnie de Jésus au XIXe-XXe siècle : Notre Dame de Mongré », à l’Université du Maine (2015).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire